Categorie d'activité culturelles: <span>Conferences</span>

Conferences

Conferences

RESERVATIONS

secretariat@societe-de-lecture.ch

No registration will be accepted by phone

All our conferences are recorded and available to our members.

VEN. 26
mars 2021
Conférence 12:30 à 14:00
Cécile Guilbert

Ecrits et stupéfiants

en partenariat avec le Festival Histoire et Cité

entretien mené par Jan Blanc
Lieu: Vidéoconférence en direct depuis Paris
Conférence 12:30 à 14:00
MAR. 09
février 2021
Conférence 12:30 à 14:00
Jean Birnbaum

L’Europe face au djihadisme : un silence religieux ?

Lieu: Vidéoconférence en direct depuis Paris

Journaliste et essayiste, Jean Birnbaum est journaliste au Monde, rédacteur en chef du Monde des livres. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages, notamment du dernier entretien avec le philosophe Jacques Derrida Apprendre à vivre enfin ( Galilée / Le Monde, 2005 ) et de deux essais consacrés à la transmission politique entre les générations. Il a par ailleurs publié une anthologie de Georges Bernanos ( Bernanos face aux imposteurs, Garnier, 2013 ). Son dernier livre, La religion des faibles : ce que le djihadisme dit de nous ( Seuil, 2018 ), fait suite à Un silence religieux. La gauche face au djihadisme ( Seuil, 2016 ). Quand des hommes tuent au nom de Dieu au coeur de la vieille Europe, notre premier réflexe est de proclamer en choeur : « Tout cela n’a rien à voir avec la religion ! » Il faut se demander pourquoi. Interroger les causes de ce « silence
religieux », mais aussi ses conséquences.

Conférence 12:30 à 14:00
MAR. 02
février 2021
Conférence 12:30 à 14:00
Rencontre avec Jean Hatzfeld
Entretien mené par Mathieu Menghini, historien et praticien de l’action culturelle
Lieu: Vidéoconférence en direct depuis Paris

Jean Hatzfeld est né en 1949, il a grandi au Chambon-sur-Lignon. Il a été grand reporter lors des guerres du Moyen-Orient, d’Afrique et des Balkans. Inspiré de ses longues années de correspondance de guerre, il a écrit plusieurs romans et récits : cinq livres sur le génocide des Tutsi à Nyamata, dont La stratégie des antilopes ( Prix Médicis 2007 ) et des romans dont Deux mètres dix ( Gallimard, 2018 ). Dans son nouveau livre, où tout se tait ( Gallimard, 2021 ), il part sur les collines à la recherche de très rares Hutus qui ont résisté à la folie génocidaire. Mais vingt-cinq ans après, ceux qui ont survécu restent des personnages silencieux, entourés de méfiance ; parce qu’aux yeux des Hutus ils incarnent la trahison, tandis que les Tutsis portent sur eux d’irréductibles soupçons.

Conférence 12:30 à 14:00
MAR. 26
janvier 2021
Conférence 12:30 à 14:00
Rencontre avec Sarah Biasini
Entretien mené par Patrick Ferla, journaliste
Lieu: Par vidéoconférence

Après des études d’histoire de l’art, Sarah Biasini part deux années à Los Angeles où elle suit les cours de l’Actors Studio. On la découvre pour la première fois sur les écrans français en 2004 dans une courte série télévisée, Julie, chevalier de Maupin, aux côtés de Pierre Arditi. Suivront, entre autres, Un homme et son chien de Francis Huster ( 2009 ) ou encore Dors mon lapin de Jean-Pierre Mocky ( 2012 ). Attachée à se faire son propre nom, la fille de Romy Schneider et de Daniel Biasini laisse éclater son naturel et son ardeur. Parallèlement à sa carrière cinématographique, elle mène avec succès une carrière théâtrale et joue dans plus de vingt pièces, notamment sous la direction de Christophe Lidon. Tout en continuant de jouer au théâtre, Sarah Biasini change de mode d’expression et choisit l’écriture : La beauté du ciel ( Stock, 2021 ). Une femme écrit à sa fille qui vient de naître. Elle lui parle de ses joies, ses peines, ses angoisses, et surtout d’une absence, celle de sa propre mère, Romy Schneider. Dans ce récit fulgurant, poétique, hanté par le manque, Sarah Biasini se livre et explore son rapport à sa mère, à la mort, à l’amour.

Conférence 12:30 à 14:00
JEU. 20
mai 2021
Conférence 19:30 à 21:00
Rencontre avec Adèle Van Reeth
Entretien mené par Mathieu Menghini, historien et praticien de l’action culturelle
Lieu: SdL

Philosophe, productrice et animatrice des Chemins de la philosophie sur France Culture, Adèle Van Reeth a été présentatrice d’une émission littéraire sur Public Sénat et présente actuellement D’art d’art ! sur France 2. Elle est l’auteure de plusieurs essais et d’un premier livre, La vie ordinaire, qui n’est ni un récit, ni un roman, paru cette année aux éditions Gallimard. Formée à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon puis à l’Université de Chicago, Adèle Van Reeth s’est intéressée à dénicher la philosophie partout où on ne l’attendait pas : dans le cinéma, la littérature, le quotidien, dans ce qui nous semble banal, familier mais qui éclaire notre rapport au monde. Elle vient de publier un livre enthousiasmant dans lequel se croisent pêle-mêle des réflexions sur le bruit du lave-vaisselle, des penseurs comme Emerson, Cavell ou Rosset, le récit de sa grossesse et la chronique familiale de sa vie de belle-mère. La vie ordinaire reste difficilement définissable, tel le dard d’une intranquillité qui nous pique encore et encore !

Conférence 19:30 à 21:00
MAR. 18
mai 2021
Conférence 12:30 à 14:00
Jean-Noël Liaut

Andy Warhol – Le renard blanc

Entretien mené par Alexandre Demidoff, journaliste Culture & Société du Temps
Lieu: SdL

Jean-Noël Liaut est écrivain et traducteur de l’anglais. Il a publié une quinzaine de biographies et d’essais parmi lesquels Elsa Triolet et Lili Brik : les sœurs insoumises ( Robert Laffont, 2015 ), Prix de la biographie de l’Académie française ou Elle, Edmonde ( Allary Éditions, 2017 ), consacré à Edmonde Charles-Roux. Son avant-dernier livre paru est Nancy Mitford, la dame de la rue Monsieur ( Allary Éditions, 2019 ), finaliste du Prix Goncourt de la biographie. Il revient sur les devants de la scène avec Andy Warhol, Le renard Blanc ( Allary Editions, 2021 ), fruit d’une enquête menée durant plus de trente ans, nourrie par les témoignages inédits de nombre de ses proches. Les livres de Jean-Noël Liaut ont été traduits en anglais, italien, grec, polonais, russe, néerlandais, espagnol, ukrainien et chinois.

Conférence 12:30 à 14:00
JEU. 13
mai 2021
Du 13 au 16 mai
Escapade artistique et littéraire en Toscane

Programme détaillé sur demande
Participation aux frais : 980 euros par personne, en chambre double à partager, incluant tous les repas, les activités et sorties organisées pour le groupe.
Non inclus : boissons alcoolisées, voyage à Podere Trafonti.

Lieu: Podere Trafonti

Sienne, son territoire enchanteur et ses mille trésors… Depuis toujours, la Toscane méridionale éveille la passion et l’imagination des poètes. Son paysage pittoresque et son riche héritage culturel saisissent les cœurs et les esprits, leur inspirent des pensées palpitantes et donnent naissance à d’immenses chefs-d’œuvre artistiques. Cette région fut habitée par les mystérieux Étrusques, chantée par Dante et Boccaccio, et célébrée par des écrivains du monde entier au cours des siècles, en particulier par les voyageurs du « Grand Tour », qui la traversaient pour se rendre à Rome, sur les traces des pèlerins médiévaux. Nous vous invitons à un parcours poétique, immergés au cœur de cette riche province. Le temps d’une fin de semaine prolongée, Antonella Notari Vischer vous accueillera à Podere Trafonti, une splendide maison de  campagne nichée au creux des collines toscanes ( www.poderetrafonti.com ).

La Dr Ilaria Bichi Ruspoli, historienne de l’art et lettrée, diplômée de la prestigieuse Université de Sienne, vous guidera en français. Elle a grandi au cœur du Val d’Orcia dans un grand domaine et elle possède une connaissance approfondie de tous les recoins de la région. Elle est l’auteure de plusieurs ouvrages narrant les richesses culturelles et artistiques siennoises et leur importance historique et sociale. En sa compagnie, vous emboîterez le pas aux écrivains qui ont parcouru ces terres, en découvrirez les multiples splendeurs et partagerez des échanges privilégiés.

Du 13 au 16 mai
MAR. 11
mai 2021
Conférence 19:30 à 21:00
Michel Pastoureau

Jaune : histoire et symbolique d’une couleur

Lieu: SdL

Professeur à l’Ecole nationale des chartes et à l’Ecole pratique des hautes études où il est titulaire de la chaire d’Histoire de la symbolique occidentale, mondialement connu pour ses travaux sur l’histoire des couleurs en Occident – Bleu ( 2000 ), Noir ( 2008 ), Vert ( 2013 ), Rouge ( 2016 ) et Jaune ( 2019 ), publiés au Seuil – Michel Pastoureau a également fait paraître plusieurs dizaines d’ouvrages sur les emblèmes, les animaux, les images et les symboles. Son érudition et son entregent en ont fait un passeur privilégié et apprécié, tant du grand public que du monde universitaire, ce qui est rare. Son autobiographie, Les couleurs de nos souvenirs, a reçu le prix Médicis Essai en 2010. En Europe, le jaune est aujourd’hui une couleur discrète, mal aimée et peu présente  dans la vie quotidienne. Il n’en a pas toujours été ainsi. Les peuples de
l’Antiquité lui accordaient une grande place et voyaient en lui une couleur presque sacrée, symbole de lumière, de chaleur, de richesse et de prospérité. Le déclin du jaune date du Moyen Âge qui en a fait une couleur ambivalente. D’un côté le mauvais jaune, celui du soufre démoniaque et de la bile amère : il est signe de mensonge, d’avarice, de félonie, parfois de maladie ou de folie. De l’autre, le bon jaune, celui du miel et de l’or, signe de joie, de plaisir et d’abondance.

Conférence 19:30 à 21:00
MAR. 11
mai 2021
Conférence 12:30 à 14:00
Michel Pastoureau

Jaune : histoire et symbolique d’une couleur

Lieu: SdL

Professeur à l’Ecole nationale des chartes et à l’Ecole pratique des hautes études où il est titulaire de la chaire d’Histoire de la symbolique occidentale, mondialement connu pour ses travaux sur l’histoire des couleurs en Occident – Bleu ( 2000 ), Noir ( 2008 ), Vert ( 2013 ), Rouge ( 2016 ) et Jaune ( 2019 ), publiés au Seuil – Michel Pastoureau a également fait paraître plusieurs dizaines d’ouvrages sur les emblèmes, les animaux, les images et les symboles. Son érudition et son entregent en ont fait un passeur privilégié et apprécié, tant du grand public que du monde universitaire, ce qui est rare. Son autobiographie, Les couleurs de nos souvenirs, a reçu le prix Médicis Essai en 2010. En Europe, le jaune est aujourd’hui une couleur discrète, mal aimée et peu présente  dans la vie quotidienne. Il n’en a pas toujours été ainsi. Les peuples de
l’Antiquité lui accordaient une grande place et voyaient en lui une couleur presque sacrée, symbole de lumière, de chaleur, de richesse et de prospérité. Le déclin du jaune date du Moyen Âge qui en a fait une couleur ambivalente. D’un côté le mauvais jaune, celui du soufre démoniaque et de la bile amère : il est signe de mensonge, d’avarice, de félonie, parfois de maladie ou de folie. De l’autre, le bon jaune, celui du miel et de l’or, signe de joie, de plaisir et d’abondance.

Conférence 12:30 à 14:00
LUN. 10
mai 2021
18 h -19 h 30
Augustin-Pyramus de Candolle, une passion du savoir – 3 / 3

Rendez-vous intime avec Augustin-Pyramus

Une lecture de Caroline Gasser, des textes sélectionnés par Pierre Mattille
Lieu: Société de Lecture

Au travers de textes glanés dans Mémoires et souvenirs, dans sa correspondance et ses journaux de jeunesse, Caroline Gasser abordera la personnalité sensible et attachante de l’homme tenté dans sa prime jeunesse par les lettres et la poésie. Derrière l’image du grand savant se profile l’humanité d’un héritier des Lumières, qui vibrait aussi avec les plaisirs et les préoccupations de son temps.

18 h -19 h 30