Prêt

Prêt

LE PRÊT

 

  • Catalogue en ligne
  • Livres en libre accès
  • Prêt des livres pendant les horaires d’ouverture de la SdL
  • Chaque membre peut emprunter jusqu’à huit livres
  • Durée du prêt : 15 jours (nouveautés) ou 1 mois (fonds). Prolongations possibles par courriel : bibliotheque@societe-de-lecture.ch ou par téléphone 022 310 67 46
  • Réservations : sur place, par mail, par téléphone ou directement depuis le catalogue.
  • Sur demande, les livres sont envoyés par poste aux frais du membre

Entre la bibliothèque et vous, lecteurs :
la Commission de lecture

 

La Société de Lecture se distingue en tout, et le choix des livres n’y fait pas exception. Unique en son genre, c’est à la Commission de lecture que revient la sélection des livres que vous tiendrez ensuite entre vos mains. Elle compte entre douze et quinze membres qui lisent chacun de trois à cinq livres par mois et qui rédigent ensuite des résumés critiques destinés à paraître dans Plume au Vent, soit une trentaine de textes que vous découvrez dans chaque numéro. C’est un engagement très exigeant, que des lectrices et lecteurs, par ailleurs fort occupés, assument, de façon bénévole, avec dévouement et discrétion.

​La Commission actuelle se compose de :

Hélène Leibkutsch (présidente), Christian Buenzod, Bruno Desgardins, Pascale Dhombres, Jacques-Simon Eggly, Catherine Fauchier-Magnan, Fadiah Haller-Assaad, Tatiana Hervieu-Causse, Sharon Mordasini, Soussan Raadi-Djalili, Jean-Bernard Rondeau (pas sur la photo), Petr Shmatenko, David Spurr, Dominique Thouvenin

NOS DERNIÈRES ACQUISITIONS

SUGGESTION DE LECTURE

de Olivia Fauchier-Magnan, comptable de la SdL

Lunch-Box, Emilie de Turckheim (LHA 11568)

Tout est dit dans les vingt-sept premières pages… Reste à savoir comment Émilie de Turckheim va entrer dans ce drame humain et en tirer un enseignement. Nous sommes aux États-Unis, à Long Island, dans une petite ville d’une banlieue chic habitée par une bande d’expatriés français qui scolarisent leurs enfants dans une école bilingue. Sarah, appelée Jezu, y est professeur de musique, originale et créative, aimée des élèves et des parents. Elle participe à la vie de cette école dont le  high-light serait le spectacle de fin d’année. Deux fois par semaine Sarah-Jezu emmène six enfants en classe, chacun muni de son lunch-box – ce lunch-box étant le symbole pour chaque petit de l’amour de sa mère. Le malheur va se produire : Émilie de Turckheim fait monter la tension de façon parfaite. Elle sait disséquer la notion de causalité, analyser la succession inexorable des faits puis aller au plus profond du désespoir des malheureux protagonistes. L’humanité de cet auteur, la bonté et la sagacité que l’on devine chez elle sont touchantes et, jointes à ses qualités de rédaction et de conceptualisation, lui permettent d’accéder à un niveau littéraire remarquable.