Prêt

Prêt

LE PRÊT

 

  • Catalogue en ligne
  • Livres en libre accès
  • Prêt des livres pendant les horaires d’ouverture de la SdL
  • Chaque membre peut emprunter jusqu’à huit livres
  • Durée du prêt : 15 jours (nouveautés) ou 1 mois (fonds). Prolongations possibles par courriel : bibliotheque@societe-de-lecture.ch ou par téléphone 022 310 67 46
  • Réservations : sur place, par mail, par téléphone ou directement depuis le catalogue.
  • Sur demande, les livres sont envoyés par poste aux frais du membre

Entre la bibliothèque et vous, lecteurs :
la Commission de lecture

 

La Société de Lecture se distingue en tout, et le choix des livres n’y fait pas exception. Unique en son genre, c’est à la Commission de lecture que revient la sélection des livres que vous tiendrez ensuite entre vos mains. Elle compte entre douze et quinze membres qui lisent chacun de trois à cinq livres par mois et qui rédigent ensuite des résumés critiques destinés à paraître dans Plume au Vent, soit une trentaine de textes que vous découvrez dans chaque numéro. C’est un engagement très exigeant, que des lectrices et lecteurs, par ailleurs fort occupés, assument, de façon bénévole, avec dévouement et discrétion.

​La Commission actuelle se compose de :

Hélène Leibkutsch (présidente), Christian Buenzod, Bruno Desgardins, Pascale Dhombres, Jacques-Simon Eggly, Catherine Fauchier-Magnan, Fadiah Haller-Assaad, Tatiana Hervieu-Causse, Sharon Mordasini, Soussan Raadi-Djalili, Jean-Bernard Rondeau (pas sur la photo), Petr Shmatenko, David Spurr, Dominique Thouvenin

NOS DERNIÈRES ACQUISITIONS

SUGGESTION DE LECTURE

de Lillian Chavan, directrice administrative de la SdL

Kerwin Spire, Monsieur Romain Gary (LHA 11615)

Ce roman biographique retrace les années, de 1956 à 1960, passées par Romain Gary comme consul général de France à Los Angeles. L’auteur a l’intuition que le séjour californien de cet homme déchiré a permis son émancipation. Ces quatre années sont marquées par deux ouvrages majeurs : Les racines du ciel qui lui vaut le Prix Goncourt et l’ouvrage autobiographique qui le libère de son enfance : La promesse de l’aube. Cette partie de sa vie qui voit la fin de sa carrière de diplomate illustre finalement à merveille le personnage capable de mener une double vie de consul et d’écrivain. On y voit même le ministère français des Affaires étrangères accepter de présenter une fiche d’identité falsifiée aux autorités américaines pour garantir son accréditation. Tout au long de son existence, Romain Gary campera plusieurs personnages jusqu’à obtenir une deuxième fois le Prix Goncourt sous le nom d’Émile Ajar. Kerwin Spire fait revivre cette période savoureuse avec beaucoup de talent. On croise entre autres Camus, Malraux, Orson Welles, John Huston, ou même Khrouchtchev dans des toilettes, en visite de séduction à Hollywood. Cette étape se termine par la rencontre amoureuse avec Jean Seberg. On se demande si finalement le meilleur roman écrit par Romain Gary n’est pas celui de sa vie.