Categorie bibliothèque : <span>Evénements</span>

Evénements

Evénements

EXPOSITIONS

La nature pour les enfants

(salle jeunesse – 3ème étage)

Fédor Dostoievski (1821 – 1881)

(Accueil – 2ème étage)

Le célèbre auteur russe Fédor Dostoievski, naît à Moscou le 30 octobre 1821. Après une enfance difficile, il fréquente une école d’officiers et se lie avec les mouvements progressistes pétersbourgeois. Arrêté en avril 1849, il est condamné à mort. Après un simulacre d’exécution, il est finalement déporté dans un bagne de Sibérie pendant quatre ans. Redevenu sous-lieutenant, il démissionne de l’armée en 1859 et s’engage complètement dans l’écriture. Épileptique, joueur couvert de dettes et d’un caractère sombre, Dostoïevski fuit ses créanciers et mène une vie d’errance en Europe au cours de laquelle il abandonne toute foi dans le socialisme et devient un patriote convaincu de l’Empire russe. Écrivain admiré après la publication de Crime et Châtiment (1866) et de L’Idiot (1869), l’auteur publie ensuite ses deux œuvres les plus abouties : Les Démons (1871) et Les Frères Karamazov (1880). Il est considéré comme l’un des plus grands romanciers russes, il a influencé de nombreux écrivains et philosophes. Les romans de Dostoievski sont parfois qualifiés de « métaphysiques », tant la question angoissée du libre arbitre et de l’existence de Dieu est au cœur de sa réflexion, tout comme la figure du Christ. Ses œuvres sont des romans où s’opposent de façon dialectique des points de vue différents avec des personnages qui se construisent eux-mêmes, au travers de leurs actes et de leurs interactions sociales. Dostoievski chemine ainsi principalement sur différents thèmes de la nature humaine et de la condition humaine. Il meurt à Saint-Pétersbourg le 28 janvier 1881.

(Sources : https://fr.wikipedia.org/ et https://www.larousse.fr/)

Œuvres de Dostoievski :

  • Correspondance (Bartillat, 1998-2003) LK 600
  • Crime et châtiment (Ed. Rencontre, 1960) LHF 310 / 6-7
  • Journal d’un écrivain (Gallimard, 1994) LM 640
  • L’adolescent ( Rencontres, 1960) LHF 310 / 12 – 13
  • Les démons (NRF, 1932) LHF 310 / 10-11
  • Les frères Karamazov (Ed. Rencontre, 1960-1961) LHF 310 / 14-16
  • Les pauvres gens (Ed. Rencontre, 1959) LHF 310 / 1
  • L’idiot (Ed. Rencontre, 1960) LHF 310 / 8-9
  • Un voleur honnête (C. Gallimard, 1997) DOST

Livres sur Dostoievski :

  • ARBAN Dominique, Les années d’apprentissage de Fiodor Dostoïevski (Payot, 1968) LCB 237
  • FRANK Joseph, Dostoïevski : les années miraculeuses : 1865-1871 (Solin, 1998) LCB 460
  • PASCAL Pierre, Dostoïevski : l’homme et l’œuvre (L’Age d’Homme, 1970) LCB 463
  • TROYAT Henri, Dostoïevski (A. Fayard, 1975) LCB 143
  • ZWEIG Stefan, Trois maîtres : Balzac, Dickens, Dostoïevski (P. Belfond, 1988) LLA 27 / 3

Voir aussi :

  • BROKKEN Jan, Le jardin des cosaques (Vuibert, 2018) LHB 1103

Arthur Rimbaud (1854-1891)

(Accueil – 2ème étage)

Adolescent rebelle, poète précoce et génial, Arthur Rimbaud est un phénomène de la littérature. Son abandon de la poésie à l’âge de vingt et un ans, puis sa disparition aux confins de l’Afrique et de l’Asie, ajoutent à l’attrait du personnage qu’il s’est créé et qui obsède l’époque moderne. Véritable « voyant » – suivant le terme qu’il a choisi – il exprime les vertiges de l’hallucination dans une langue audacieuse et pure, et apparaît comme un jalon essentiel entre romantisme et surréalisme.

(Source : Larousse)

    • Un été avec Rimbaud / Sylvain TESSON (Equateurs / France Inter, 2021) LBA 798
    • Rimbaud : celui-là qui créera Dieu / Stéphane BARSACQ (Points, 2014) LBA 778
    • Illuminations à travers les textes sacrés / Philippe SOLLERS (Gallimard, 2005) LCA 73
    • Arthur Rimbaud / Jean-Jacques LEFRÈRE (Fayard, 2001) LCD 1301
    • L’Afrique de Rimbaud photographiée par ses amis / Claude JEANCOLAS (Textuel, 1999) GVH 317
    • Passion Rimbaud ; l’album d’une vie / Claude JEANCOLAS (Textuel, 1998) LCD 1269
    • Arthur Rimbaud et la liberté libre / Alain JOUFFROY (Ed. du Rocher, 1991) LCD 1127
    • Œuvres complètes / Arthur Rimbaud (Gallimard, 1968) LLD 89 / 2
    • Correspondance : 1888-1891 / Arthur Rimbaud (Gallimard, 1965) LK 374
    • Rimbaud par lui-même / Yves BONNEFOY (Seuil, 1961) LCD 1348
    • La vie passionnée d’Arthur Rimbaud / Françoise d’ EAUBONNE (Intercontinentale du livre, 1956) LCD 1373
    • Rimbaud / Henry MILLER (Mermod, 1952) LCD 735
    • Ebauches suivies de la correspondance entre Isabelle Rimbaud et Paterne Berrichon et de Rimbaud en Orient (Variantes et documents divers) / Arthur Rimbaud (Mercure de France, 1937) LLD 89 / 1
    • Lettres de la vie littéraire d’Arthur Rimbaud : (1870-1875) / réunies et annotées par Jean-Marie Carré (Gallimard, 1931) LCD 455
    • Les illuminations ; Une saison en enfer : poèmes / Arthur Rimbaud ; notice par Paul Verlaine (L. Vanier, 1892) LLD 89 / 3

La peine de mort

(Salle d’histoire – 2ème étage)

La France abolit la peine de mort en 1981, devenant ainsi le 36e Etat à adopter une telle mesure, alors qu’elle était le dernier membre de la Communauté économique européenne (ancêtre de l’Union européenne) à l’appliquer. La loi d’abolition a été promulguée le 9 octobre 1981, sous la présidence de François Mitterrand. Depuis le 19 février 2007 l’abolition de la peine de mort est inscrite dans la Constitution. C’est l’occasion ici de revenir sur des ouvrages historiques autour de la peine de mort ainsi que sur des livres qui retracent la vie de destins tragiques.

  • CANTARELLA Eva, Les peines de mort en Grèce et à Rome : origines et fonctions des supplices capitaux dans l’Antiquité classique (Albin Michel, 2000) HB 429
  • CHRISTOPHE Robert, Les Sanson : bourreaux de père en fils pendant deux siècles ( Fayard, 1960) HM 2687
  • Elisabeth CROUZET-PAVAN et Jean-Claude MAIRE VIGUEUR, Décapitées : trois femmes dans l’Italie de la Renaissance (Albin Michel, 2018) HI 405
  • GALLAY Alain, Les sociétés mégalithiques : pouvoir des hommes, mémoire des morts HA 14 (Presses polytechniques et universitaires romandes, 2006)
  • KOUZNETSOV Edouard, Journal d’un condamné à mort (Hachette, 1954) HF 557
  • LENOTRE Georges, La guillotine et les exécuteurs des arrêts criminels pendant la Révolution (PERRIN, 1893) HG 168
  • LEWERTOWSKI Catherine, Morts ou Juifs : la maison de Moissac (1939-1945) (Flammarion, 2003) HA 194
  • NAUD Albert, Les défendre tous ( Laffont, 1973) HM 3059
  • François MALYE et Benjamin STORA, François Mitterrand et la guerre d’Algérie (Calmann-Lévy, 2010) HG 1797
  • PERNOUD Régine, Vie et mort de Jeanne d’Arc : les témoignages du procès de réhabilitation (1450-1456) HF 557
  • SCHMIDT Joël, Vie et mort des esclaves dans la Rome antique (A. Michel, 2003) HB 447
  • STAMPFLI Paul, Condamné à mort en Allemagne (Marguerat, [1945]) HE 318

L’instinct

(Salle de théologie – 3ème étage)

« Intuition et instinct ne font pas référence à la même capacité. L’instinct donne lieu à une conduite nous permettant de survivre. L’intuition quant à elle, est propre à notre espèce. Elle est associée à une voix interne nous aidant à prendre de meilleures décisions. Les deux dimensions n’ont donc pas une origine commune. Pour autant, elles nous aident ensemble à mieux répondre aux défis du quotidien. »

  • L’intuition et l’amour : essai sur les rapports métaphysiques de l’intuition et de l’instinct avec l’intelligence et la vie / Marie-Anne Cochet ; préface de Charles Werner, …(Perrin, 1920) PA 234
  • La genèse des instincts : étude expérimentale / P. Hachet-Souplet, … (Flammarion, 1912) PB 503
  • Les défaitistes de l’amour. Étude anecdotique, médicale et historique sur les égarements de l’instinct et la stérilité volontaire / Docteur Albert Chapotin, … (Le livre pour tous, [1923]) PB 783
  • Introduction à la psychologie. L’instinct et l’émotion / J. Larguier des Bancels (Payot, 1934) PB 1035
  • Psychanalyse et connaissance : l’évolution des psychothérapies et la psychanalyse, le problème de l’instinct, le problème de la connaissance / Georges Dubal ; préf. de Paul Denal (Mont-Blanc, 1947) PB 1382
  • Intuition et amitié / Joseph SEGOND (F. Alcan, 1919) PA 255
  • L’intuition bergsonienne / Joseph SEGOND (F. Alcan, 1913) PC 127

Henri-Frédéric Amiel

(Salle Genève – 2ème étage)

Vous trouverez dans la Salle Genève, et plus particulièrement mis en valeur dans la vitrine, de nombreux livres que nos prolixes auteurs genevois ont publié ces dernières années.

Né le 27 septembre 1821 à Genève, où il meurt le 11 mai 1881, Amiel perdit sa mère quand il avait onze ans. Deux ans plus tard, son père se jette dans le Rhône. À dix-neuf ans, il découvre Oberman (LK 36), de Senancour, où il reconnaît si bien ses émotions qu’il en abandonne la lecture. Élevé par un oncle, il part en 1844 pour l’université de Berlin, où il suit les cours, entre autres, de Trendelenburg et de Schelling.

En 1849, il est nommé professeur de littérature française et d’esthétique à l’académie de Genève (plus tard Université), puis il y enseigne l’histoire de la philosophie, et la philosophie. De son propre aveu, sa carrière n’est pas une réussite ; il se plaint dans son Journal de ne pas parvenir à préparer convenablement ses cours, à les composer, à intéresser son public. Il échoue de même à réaliser l’essentiel de ses projets littéraires, dont ne subsistent que des listes ambitieuses (une « Phénoménologie de l’esprit », un « Art de la vie »), et publie cependant des articles, en particulier littéraires (sur Rousseau, sur Mme de Staël), et des recueils de vers (Grains de mil, en 1854 ; Il Penseroso, en 1858 ; La Part du rêve, en 1863 ; Jour à jour, en 1880). On note enfin qu’il entreprend des traductions de poètes, aux alentours de 1876 (Chamisso, Goethe, Heine, Hölderlin, Leopardi, Byron, Camoens, Petöfi), et qu’il compose, en 1857, deux hymnes patriotiques qui ont compté dans l’histoire helvétique.

Henri-Frédéric Amiel a rédigé par intermittence dans sa jeunesse, puis assiduité dans son âge mûr, un Journal intime, analyse de son inquiétude et de sa timidité fondamentales devant la vie, devenu un monument de la littérature du XIXe siècle. Cette somme littéraire a bouleversé l’approche de l’inconscient et de la narration de soi-même dans une écriture magnifique ; sa publication aux Éditions L’Âge d’homme de 1976 à 1993 en douze volumes fut un travail acharné de transcription, de notices et d’appareil critique. On peut dire qu’il exprime trois instances : l’homme qui vit, celui qui observe sa vie et enfin celui qui l’écrit. Cette œuvre posthume fait d’Amiel un des plus grands moralistes du XIXe siècle. On sait qu’à la veille de sa mort il était persuadé que son nom sombrerait dans l’oubli. Sa gloire, il la doit avant tout à l’absolue sincérité de sa confession.

 

Bibliographie sélective

 Œuvres d’Amiel

  • Journal intime (L’Âge d’homme, 1976-1994) 2 AMI 1
  • Principes généraux de pédagogie (F. Alcan, 1925) 2 AMI 4
  • Philine, fragments du journal intime (Editions de la Pléiade, 1927) 2 AMI 3
  • Délibérations sur les femmes (Stock, 1954) 2 AMI 5
  • Essais critiques (Stock, 1931) 2 AMI 6
  • J-J. Rousseau jugé par les Genevois d’aujourd’hui : conférences faites à Genève par J. Braillard, H.-F. Amiel, A. Oltramare, J. Hornung, A. Bouvier et Marc-Monnier (J. Sandoz ; Sandoz et Fischbacher, 1879).2 ROU Etu 17

Biographies et essais sur Amiel

  • Les derniers jours d’Henri-Frédéric Amiel / Roland Jaccard (S. Safran, 2018) 3 JACC
  • Amiel et ses amis. Egérie: correspondance, 1853-1868 / Henri-Frédéric Amiel, Louise Wyder (L’Âge d’homme, 2004)  LK 639
  • Amiel ou les jours de Dieu / Arnaud Tripet (Labor et fides, 2001) 2 AMI Etu
  • Le complexe d’Amiel / Jean Vuilleumier (L’Âge d’homme, 1985) LBA 643

Retrouvez la bibliographie complète sur notre site : https://www.catalogue.societe-de-lecture.ch/

La photographie

(Salle des beaux-arts – 3ème étage)

 Dans le cadre de la biennale de la photographie à Genève, No’Photo, venez découvrir toute la diversité et la richesse de la collection de livres et de revues de photographie de la Société de Lecture. C’est l’occasion de se replonger dans des ouvrages sur l’histoire de la photographie ou encore dans les œuvres de femmes photographes telles que celles de Vivian Maier, photographe américaine d’origine française à l’œuvre géniale et prolifique et au destin hors du commun.

 ABBOTT Berenice, Berenice Abbott (Könemann, 1997) BHC 14

ARBUS Diane, Diane Arbus (Editions du Chêne, 1973) BHC 16

BREGUET Elisabeth, 100 ans de photographie chez les Vaudois, 1839-1939 (Payot, 1981) BHA 4

BREUILLE Jean-Philippe, Dictionnaire mondial de la photographie : des origines à nos jours (Larousse, 1994) BHA 1

FREUND Gisèle, Trois jours avec Joyce (Denoël, 2006) BHC 49

LACOSTE Anne (dir.), Wojciech Zamecznik: la photographie sous toutes ses formes (Les Éditions Noir sur blanc, [2016]) BHE 3 / 3

LANIER Marine, Nos feux nous appartiennent (Poursuite et Editions JB, 2016) BHC 45

LEIBOVITZ Annie, Annie Leibovitz : les premières années, 1970-1983, Archive project #1 (Luma foundation, 2017) BHC 6

LORENZ Richard, Imogen Cunningham : 1883 – 1976 (Taschen, 2001) BHC 90

MALOOF John (dir.), Vivian Maier : street photographer (PowerHouse, 2011) BHC 99

POTONNIEE Georges, Histoire de la découverte de la photographie (P. Montel, 1925)  BHA 8

Photographie in der Schweiz von 1840 bis heute (A. Niggli, 1974) BHA 12

PULFER Catherine, Florence Henri (Electa, 1995) BHC 91

SCHIFF Nancy Rica, Odd jobs : portraits of unusual Occupations (Ten Speed Press, 2002) BHC 67

SONTAG Susan, Sur la photographie (Christian Bourgois, 2008) BHA 9

Une image de la Suisse : prix UBS de la photographie 1991) ([Union Bank of Switzerland], 1992) BHC 43

WESTERBECK Colin, Vivian Maier : the Color Work (Harper Design, 2018) BHC 100      

ZDENEK Felix [et al.] (éd.), Cindy Sherman : photographic work 1975-1995 BHC 33

L’instinct

(Salle de géographie – 3ème étage)

« Instinct de vie, instinct de fuite, instinct de reproduction : dans telle ou telle situation, nous agissons ou réagissons de manière spontanée, sans qu’aucun apprentissage préalable n’ait déterminé notre conduite. Nous mettons ainsi en œuvre des conduites inscrites dans notre patrimoine génétique, mais sur lesquelles influent les circonstances. Lorsqu’il s’agit de comportements psychiques, on préfère à cette notion d’instinct celle de pulsion aux composantes plus complexes. »

« Les Dictionnaires Le Robert décrivent l’instinct comme une “tendance innée et puissante, commune à tous les êtres vivants ou à tous les individus d’une même espèce”. L’instinct conduit à agir rapidement, sans laisser place au choix ou à la réflexion. Si l’on perçoit l’animal aisément comme un être sans réflexion, il n’en va pas de même pour l’être humain.
La science principale qui nous aide à déblayer ce vaste sujet est l’éthologie car elle s’intéresse au comportement des espèces animales, l’humain y compris, dans leur milieu naturel ou dans un environnement expérimental, par le biais de méthodes d’observation et de quantification des comportements animaux. Les deux Autrichiens Karl von Frisch et Konrad Lorenz et le Néerlandais Nikolaas Tinbergen sont considérés comme ses fondateurs. Leurs bases de la discipline ont été posés en 1940. Cette science définit ce que l’on appelle des stéréotypes comportementaux. Lorentz s’est particulièrement intéressé à l’instinct. Au XVIIIe siècle, la notion d’instinct s’opposait à celle d’intelligence et était utilisée pour accentuer la rupture entre l’homme et l’animal, sans tenir compte du fait que les actes des animaux étaient à l’évidence des actes intelligents. Lorentz a remis en cause l’assimilation des actes instinctifs à des réflexes. »

  • Souvenirs entomologiques : études sur l’instinct et les mœurs des insectes / J.-H. Fabre (Delagrave, [1879]) FE 84
  • Les merveilles de l’instinct chez les insectes : morceaux choisis extraits des « Souvenirs entomologiques … / J.-H. Fabre (Ch. Delagrave, ca. 1913) SFE 131
  • Le nid de l’oiseau : mœurs et théorie mécanique des instincts / M. le Docteur F. Cathelin, … (Delagrave, 1924) SFE 175
  • Problèmes de l’instinct et de l’intelligence chez les insectes : insectes des tropiques / Major R. W. G. Hingston (Payot, 1931) SFE 197
  • Fourmis et termites : les voies de l’instinct / Julian Huxley (A la Baconnière, 1955) SFE 318
  • Le singe en nous / Frans de WAAL (Fayard, 2006) SF 254
  • Essais sur le comportement animal et humain [Texte imprimé] ; les leçons de l’évolution de la théorie du comportement / Konrad LORENZ (Seuil, 1970) SF 138