Histoire

Histoire

NOTRE HISTOIRE

L’histoire de la Société de Lecture n’est pas dissociable des personnes qui l’ont animée, des livres qu’elle possède et du lieu qui l’accueille.

Le bâtiment avait déjà connu bien des aventures lorsque la Société de Lecture s’y installa en 1818. Mieux : derrière l’histoire de ce bel hôtel Louis XV s’en cachait une autre, plus ancienne, avec le Roi-Soleil dans un des rôles-titres et une chapelle comme enjeu de bagarres épiques. Cinq quarts de siècle plus tard, ce fut Napoléon qui honora les lieux de sa brève présence. Cette maison a beaucoup de souvenirs à raconter…

1818
Création de la Société de Lecture par trois initiateurs : Augustin-Pyramus de Candolle, Marc-Auguste Pictet et Henri Boissier. « Quelques...
Création de la Société de Lecture
par trois initiateurs : Augustin-Pyramus de Candolle, Marc-Auguste Pictet et Henri Boissier.
« Quelques amis des études se joignirent à nous, raconte Candolle dans ses Mémoires, et enfin douze personnes se mirent en avant pour fonder cette institution. » Ces autres savants et intellectuels sont : Gaspard De la Rive, Jean-Gabriel Eynard, Etienne Dumont, Jean-Marc-Jules Pictet-Diodati, Jacob Duval, François Duval, Guillaume Fatio, Guillaume Favre, William Saladin de Crans.
Afficher tout
1820
Partie de rien, la bibliothèque s’est d’abord constituée par les dons des membres. Dès 1820, le comité s’enorgueillit déjà de...
Partie de rien, la bibliothèque s’est d’abord constituée par les dons des membres. Dès 1820, le comité s’enorgueillit déjà de quelques 5800 volumes, nombre qui aura doublé quatre ans plus tard.
Afficher tout
1822
Le colonel Dufour, futur général et héros du Sonderbund, se fit voler à la Grand’Rue un manteau bleu auquel il...
Le colonel Dufour, futur général et héros du Sonderbund, se fit voler à la Grand’Rue un manteau bleu auquel il tenait beaucoup. Ce fut la première manifestation d’une dure réalité: la Société de Lecture n’est pas à l’abri du mal, qui se rappelle régulièrement à ses membres par de menus larcins, des outrages aux bonnes feuilles, des actes divers de lèse-société.
Afficher tout
1835
Louis-Napoléon Bonaparte, futur Napoléon III, rencontra à la Grand’Rue le comte Camille de Cavour, futur artisan de l’unité italienne. Le...
Louis-Napoléon Bonaparte, futur Napoléon III, rencontra à la Grand’Rue le comte Camille de Cavour, futur artisan de l’unité italienne. Le nombre des membres grimpe alors au-delà de 400 entre 1830 et 1833 – du jamais vu, ni avant, ni pour les quarante ans à venir.
Afficher tout
1841
Après une période d’absence, James Fazy demande de faire à nouveau partie de la Société. S’élèvent aussitôt des cris de...
Après une période d’absence, James Fazy demande de faire à nouveau partie de la Société. S’élèvent aussitôt des cris de tous côtés : trois vieux sociétaires menacent de démissionner s’il est accepté, trois autres feront de même s’il ne l’est pas ! James Fazy réclame, trois ans plus tard, une carte d’externe pour l’un de ses amis. Sa demande est refusée. Motif ? Monsieur Fazy, tout conseiller d’Etat qu’il est, a négligé de payer sa cotisation, aussi l’a-t-on considéré comme démissionnaire.
Afficher tout
1845
Les romans se sont introduits sous un costume étranger : ce sont les romans historiques, le plus souvent traduits de...
Les romans se sont introduits sous un costume étranger : ce sont les romans historiques, le plus souvent traduits de l’anglais : on s’arrachait si bien les histoires de Walter Scott qu’il fallait acheter les exemplaires en double. En 1850, on consentit à l’achat d’un roman de Dickens, et on ne refusa pas en 1871 le don de l’œuvre de Balzac par un sociétaire large d’esprit.
Afficher tout
1851
Une nouvelle génération a pris le relais, les intérêts se déplacent vers l’histoire et les lettres, les sciences exactes cèdent...
Une nouvelle génération a pris le relais, les intérêts se déplacent vers l’histoire et les lettres, les sciences exactes cèdent du terrain aux sciences humaines.
Afficher tout
1862
Henry Dunant offre son Souvenir de Solférino. Lors de la conférence internationale qui donnera naissance à la Croix-Rouge, en 1863,...
Henry Dunant offre son Souvenir de Solférino. Lors de la conférence internationale qui donnera naissance à la Croix-Rouge, en 1863, puis lors de la Convention de Genève l’année suivante, les salons de la Grand ’Rue seront ouverts à leurs représentants et délégués.
Afficher tout
1888
Une petite révolution : les dames font leur entrée à la Société de Lecture. Ce privilège est réservé aux veuves,...
Une petite révolution : les dames font leur entrée à la Société de Lecture. Ce privilège est réservé aux veuves, sœurs célibataires, ou filles majeures et non mariées des membres trépassés. Et pas à n’importe quelle condition : elles ne seront pas sociétaires de plein droit mais « dames abonnées ».
Afficher tout
1904
Le 12 décembre, Lénine demande son admission à la Société de Lecture, parrainé par MM. Paul Birukoff, émigré comme lui,...
Le 12 décembre, Lénine demande son admission à la Société de Lecture, parrainé par MM. Paul Birukoff, émigré comme lui, et Armand Dussaux, ingénieur. Selon sa femme, Nadiejda Kroupskaïa, « Vladimir Ilitch entra à la Société de Lecture où l’on
pouvait travailler commodément et disposer d’un très grand nombre d’ouvrages, de même que de toutes sortes de revues et journaux en français, en allemand et en anglais. Cette Société de Lecture était peu fréquentée, on n’y voyait guère que quelques vieux professeurs : Vladimir Ilitch était en général tout seul dans une des salles. »

Afficher tout
1913
Le comité prend lui-même l’initiative de proposer la conversion de la salle des échecs en fumoir, convaincu « qu’une fois...
Le comité prend lui-même l’initiative de proposer la conversion de la salle des échecs en fumoir, convaincu « qu’une fois ou l’autre la cigarette acquerra droit de cité chez nous ».
Afficher tout
1916
une pétition signée de douze dames, dont sept abonnées à la bibliothèque, priait le président de bien vouloir « admettre...
une pétition signée de douze dames, dont sept abonnées à la bibliothèque, priait le président de bien vouloir « admettre dans cette Société des membres féminins au même titre et avec la même cotisation que les membres masculins. Elle était l’initiative d’Emilie Gourd, suffragiste genevoise de la première heure et ardente féministe. La pétition avait été rejetée par 100 voix contre 19.
Afficher tout
1918
La grève générale paralyse le pays et incite la Société de Lecture à sortir du bois et afficher sa couleur...
La grève générale paralyse le pays et incite la Société de Lecture à sortir du bois et afficher sa couleur : la Société a exceptionnellement « tenu à se joindre aux soixante-dix sociétés qui, au moment de la grève générale, ont formé le comité de Défense nationale », l’un des mouvements patriotiques nés sous la menace, considérée comme sérieuse par la bourgeoisie d’alors, d’une « bolchévisation » de la Suisse.
Afficher tout
1919
Le centenaire de la Société de Lecture est marqué en janvier par une belle réception de 400 personnes des deux...
Le centenaire de la Société de Lecture est marqué en janvier par une belle réception de 400 personnes des deux sexes qui se déroula sans encombre dans l’Hôtel du Résident. Bousculant règlements et traditions, des gâteaux et du thé furent servis dans la grande salle de la Sphère tandis que le fidèle M. Blanchut passait entre les convives pour leur offrir cigares et cigarettes. Dix dames s’inscrivent.
Afficher tout
1931
Le rapport annuel de 1931 mentionne laconiquement le succès que remportent les romans policiers auprès des membres : « Une...
Le rapport annuel de 1931 mentionne laconiquement le succès que remportent les romans policiers auprès des membres : « Une enquête nous a montré qu’il n’est pas de livres qui sortent davantage chez nous que ceux qui narrent les aventures rocambolesques des Sherlock Holmes, Arsène Lupin et de leurs émules. »
Afficher tout
1940
Timeo hominem unius libri, « Je crains l’homme d’un seul livre ». En cette période de dictatures funestes, la Société...
Timeo hominem unius libri, « Je crains l’homme d’un seul livre ». En cette période de dictatures funestes, la Société de Lecture fait orner les murs du grand escalier d’une nouvelle devise latine qui cohabitera désormais avec le « Litteris fovendis » du premier siècle. Au moment même où un homme et son livre préparent des massacres effroyables en Europe orientale, la formule de Thomas d’Aquin revêt une terrible actualité.
Afficher tout
1953
Après de nombreux essais, les dames deviennent enfin membres à part entière, sans plus de restrictions sur leur état civil.
Après de nombreux essais, les dames deviennent enfin membres à part entière, sans plus de restrictions sur leur état civil.
Afficher tout
1970
Appliquant la règle de Tancredi dans Le Guépard, le comité comprit qu’il fallait tout changer pour que rien ne change...
Appliquant la règle de Tancredi dans Le Guépard, le comité comprit qu’il fallait tout changer pour que rien ne change – si l’on voulait que perdure la Société de Lecture. On constate un recul du nombre d’emprunts, en revanche la demande augmente pour les nouveautés. Ces changements correspondent à l’arrivée du Livre de Poche et du téléviseur.
Afficher tout
1975
La décision est prise d’adresser à tous les sociétaires un bulletin mensuel d’information sur les achats récents. Ce sera le...
La décision est prise d’adresser à tous les sociétaires un bulletin mensuel d’information sur les achats récents. Ce sera le lancement de Plume au Vent : les meilleurs livres du mois choisis et commentés par la Société de Lecture.
Afficher tout
1976
Les premiers « déjeuners-débats » commencent à la SdL dans le sillage du lancement de l’émission «Apostrophes» de Bernard Pivot....
Les premiers « déjeuners-débats » commencent à la SdL dans le sillage du lancement de l’émission «Apostrophes» de Bernard Pivot. Le premier orateur invité est une figure du Nouveau Roman : Michel Butor.
Afficher tout
1977
Un membre du comité et doyen de collège, Pierre Chevrot, prend l’initiative d’emmener des classes d’adolescents à la découverte de...
Un membre du comité et doyen de collège, Pierre Chevrot, prend l’initiative d’emmener des classes d’adolescents à la découverte de l’hôtel du résident de France et de ses trésors cachés. Certains de ces visiteurs deviendront des membres actifs de la Société. Plus immédiatement, on place une photocopieuse au deuxième étage pour satisfaire aux exigences des étudiants présents, et les retenir ainsi plus longtemps.
Afficher tout
1980
En pleine effervescence du marché immobilier genevois, il n’y a plus moyen de se voiler la face : le bel...
En pleine effervescence du marché immobilier genevois, il n’y a plus moyen de se voiler la face : le bel hôtel du XVIIIe siècle nécessite une réfection massive, la fin du XXe siècle appelle des travaux d’envergure sans lesquels l’immeuble court à sa ruine et, avec lui, la société qu’il abrite.
Afficher tout
1998
La Société de l’immeuble du Musée sera liquidée et une « Fondation Société de Lecture» deviendra propriétaire du bâtiment. Le...
La Société de l’immeuble du Musée sera liquidée et une « Fondation Société de Lecture» deviendra propriétaire du bâtiment. Le privilège extraordinaire qu’a la SdL de se sentir chez elle est le résultat du travail d’une succession de vaillants comités qui se sont battus pour y arriver.
Afficher tout
2001
Delphine de Candolle est engagée en tant que directrice afin d’assurer cette fois le passage du XXe au XXIe siècle.
Delphine de Candolle est engagée en tant que directrice afin d’assurer cette fois le passage du XXe au XXIe siècle.
Afficher tout
2018
La Société de Lecture fête son bicentenaire. Elle compte 1500 membres.
La Société de Lecture fête son bicentenaire. Elle compte 1500 membres.
Afficher tout