BIENVENUE À LA SOCIÉTÉ DE LECTURE

Un lieu de rencontres et de culture depuis 1818, connu dès sa création pour son rayonnement et ses échanges intellectuels ainsi que sa bibliothèque exceptionnelle.

Devenez membre

NOS CONFÉRENCIERS SONT VOS AUTEURS PRÉFÉRÉS

Au fil des saisons, vous verrez se succéder des écrivains, des philosophes, des historiens
et autres personnalités marquantes et fascinantes.

Programme culturel

200 000 OUVRAGES À VOTRE DISPOSITION

Acquis pour vous, réservés pour vous,
disponibles sur place, livrés chez vous.

Catalogue informatisé

LES SALONS ET SALLES DE LECTURE

Un cadre exceptionnel pour étudier,
réfléchir et créer.
Lire la presse du jour, les magazines et les revues.
Louer pour vos réceptions, fêtes et séminaires

Nos salons

200 ANS D’HISTOIRE ET D’HISTOIRES

Dans l’ancien hôtel particulier du Résident de France, érigé au XVIIIè siècle au cœur de la vieille-ville de Genève, Augustin Pyramus de Candolle fonde la Société de Lecture en 1818.

Notre histoire

Nos conférenciers

Suggestion de lecture

ÉVÉNEMENTS À VENIR

JEU. 06
mai 2021
Conférence 12:30 à 14:00
Rose-Marie Pagnard et Douna Loup

Aimer en toute liberté

Lieu: SDL

Rose-Marie Pagnard a notamment publié La Période Fernandez ( Actes Sud, 1988, Prix Dentan ), Dans la forêt la mort s’amuse ( Actes Sud, 1999, Prix Schiller ), J’aime ce qui vacille ( Zoé, 2013, Prix suisse de littérature ) et Jours merveilleux au bord de l’ombre ( Zoé, 2016 ). En 2017, ses archives sont acquises par les archives littéraires suisses ( ALS ). Son œuvre mêle les genres et les registres, jouant les gammes de la poésie et du fantastique, de l’onirisme et de l’humour. Les romans de Rose-Marie Pagnard racontent la vie ordinaire, rendue étrange et invérifiable par l’irruption de hasards catastrophiques ou féeriques. Avec le sens du merveilleux et le vertige du premier amour, Gloria Vynil, sa dernière héroïne, passionnément amoureuse, traverse comme en marchant sur l’eau un été lourd d’une révélation pourtant libératrice.

Auteure franco-suisse née à Genève, Douna Loup a grandi dans la Drôme et vit aujourd’hui près de Nantes. Son premier roman, L’embrasure ( Mercure de France, 2010 ), lui vaut le Prix Schiller découverte et le Prix Michel-Dentan 2011. Suivent Les lignes de ta paume en 2012 et L’oragé en 2015, tous deux au Mercure de France. Déployer ( Zoé, 2019 ), composé de sept livrets à lire dans un ordre aléatoire, raconte la relation à l’autre, le désir, le besoin de possession et la mort. Le chant lancinant de Douna Loup, sa cadence intérieure, sa fraîcheur et sa curiosité lui donnent l’audace de s’aventurer au-delà des tabous. Toute son œuvre
est une ode solaire à la nature et à la liberté. Dans Les printemps sauvages, à paraître ce printemps chez Zoé, odeurs, matières, couleurs, tous les sens sont aux aguets pour saisir l’amour, la beauté du monde et sa fragilité.

Conférence 12:30 à 14:00
LUN. 10
mai 2021
18 h -19 h 30
Lieu: SDL

Au travers de textes glanés dans Mémoires et souvenirs, dans sa correspondance et ses journaux de jeunesse, Caroline Gasser abordera la personnalité sensible et attachante de l’homme tenté dans sa prime jeunesse par les lettres et la poésie. Derrière l’image du grand savant se profile l’humanité d’un héritier des Lumières, qui vibrait aussi avec les plaisirs et les préoccupations de son temps.

18 h -19 h 30
MAR. 11
mai 2021
Conférence 12:30 à 14:00
Michel Pastoureau

Jaune : histoire et symbolique d’une couleur

Lieu: SDL

Professeur à l’Ecole nationale des chartes et à l’Ecole pratique des hautes études où il est titulaire de la chaire d’Histoire de la symbolique occidentale, mondialement connu pour ses travaux sur l’histoire des couleurs en Occident – Bleu ( 2000 ), Noir ( 2008 ), Vert ( 2013 ), Rouge ( 2016 ) et Jaune ( 2019 ), publiés au Seuil – Michel Pastoureau a également fait paraître plusieurs dizaines d’ouvrages sur les emblèmes, les animaux, les images et les symboles. Son érudition et son entregent en ont fait un passeur privilégié et apprécié, tant du grand public que du monde universitaire, ce qui est rare. Son autobiographie, Les couleurs de nos souvenirs, a reçu le prix Médicis Essai en 2010. En Europe, le jaune est aujourd’hui une couleur discrète, mal aimée et peu présente  dans la vie quotidienne. Il n’en a pas toujours été ainsi. Les peuples de
l’Antiquité lui accordaient une grande place et voyaient en lui une couleur presque sacrée, symbole de lumière, de chaleur, de richesse et de prospérité. Le déclin du jaune date du Moyen Âge qui en a fait une couleur ambivalente. D’un côté le mauvais jaune, celui du soufre démoniaque et de la bile amère : il est signe de mensonge, d’avarice, de félonie, parfois de maladie ou de folie. De l’autre, le bon jaune, celui du miel et de l’or, signe de joie, de plaisir et d’abondance.

Conférence 12:30 à 14:00

PARTENAIRES