Société de Lecture
SDL
SDL

  Calendrier des
  activités             
  culturelles         
 
  Billetterie
 
  Plan d'accès
 
  Nous contacter
 

  Coups de coeur des
  conférenciers
 
  Galerie de photos
 
  Actualités
  et revue de presse
 
  Liens
 
  Nos membres
  ont publié
 
  Mais encore ...
 
Prochaine conférence
   

Thomas Seydoux

Gustave Caillebotte et Elle : mystères et secrets d'un peintre flâneur

le 25/4/2017
à 12h30


Lieu : SdL





SDL

11, Grand'Rue
1204 Genève
Tél: 022 311 45 90

 
  Heures
  d'ouverture :


   9h-18h30,
   samedi 9h-12h

 
SDL   SDL
   
 

 

 

RTS 26 janvier 2017 -  Journal 19h30

Invité: Daniel Coh-Bendit

http://www.rts.ch/play/tv/19h30/video/daniel-cohn-bendit-il-pourrait-voter-macron-a-la-presidentielle?id=8341106

 

By the lake - 18 janvier 2017

 https://www.bythelake.ch/2017/01/18/societe-de-lecture-de-geneve-palais-mille-nuits-litteraires/

 

Pardonnez-moi, 30.10.2016, 13h25  
 
Anne Sinclair
 
Darius Rochebin reçoit Anne Sinclair, actuelle directrice éditoriale du Hufffington Post. Après avoir animé pendant 13 ans l'émission "7 sur 7", elle revient sur ses années de journalisme.

http://www.rts.ch/play/tv/pardonnez-moi/video/anne-sinclair?id=8128582

 

 

Le Matin Dimanche, 8 novembre 2015   LIVRES

 

Le Temps

mardi 29 septembre 2015

Laurent Gaudé :«Je suis attiré par des sujets qui portent du tragique»

http://www.letemps.ch/Page/Uuid/57fb1d5a-6539-11e5-bcb8-823d68be581d/Laurent_Gaud%C3%A9_Je_suis_attir%C3%A9_par_des_sujets_qui_portent_du_tragique

 

Nouvelles.ch

Un lieu d’échange et d’instruction

Au cœur de la Vieille-Ville, au sein d’un Hôtel particulier du XVIIIe siècle, se trouve un temple de la connaissance et une plateforme d’échanges: la Société de Lecture. En mai, cette dernière offre un programme particulièrement riche et diversifié.

Fondée en 1818, la Société de Lecture genevoise s’ancre dans la coutume des salons littéraires. Dans la continuité de de cette tradition, gens de lettres, penseurs et acteurs de la scène artistique, politique et scientifique s’y réunissent afin de converser et échanger, librement, idées et pensées. En outre, ce lieu propose des espaces paisibles et accueillants pour la lecture et l’étude tout en surfant sur la vague de la modernité à travers des infrastructures informatiques et audiovisuelles modernes. La Société de Lecture abrite également une bibliothèque particulièrement impressionnante qui contient environ 400’000 ouvrages en libre accès. Ces volumes se partagent entre des classiques de la littérature mondiale, une sélection des derniers best-sellers, des écrits de référence dans des domaines diversifiés ainsi qu’une variété de quotidiens, de magazines et de revues. Un large éventail d’œuvres en anglais est également disponible.

La programmation de mai
Si ce lieu emblématique met à disposition des particuliers des salons à louer, il propose en outre, sur réservation, une programmation dynamique et variée. Des déjeuners-débats et des conférences côtoient des ateliers de développement personnel ainsi que des évènements pour la jeunesse. Le 5 mai, le professeur Dominic Lieven vient donner une conférence intitulée Russia and the first World War. Cette dernière est suivie le 12 mai par une rencontre avec le metteur en scène et acteur Daniel Mesguich. Puis, le 18 mai, la Société de Lecture se pare de couleurs mythologiques avec Retrouver l’unité: le mythe d’Orphée, une rencontre menée par Fabrice Midal. Le 19 mai c’est une Genevoise, Corinne Jaquet, qui va parler de L’histoire genevoise comme décor de polar. Finalement, le 21 mai, la Société de Lecture accueille l’auteur français David Foenkinos au Théâtre de Carouge. Des ateliers aux noms aussi poétiques que Renouer avec sa voix les 1er et 22 mai, Le goût des mots les 5, 12 et 26 mai; Les pieds dans la page le 11 mai; Le cercle des amateurs de littérature française les 13 et 27 mai; Vous reprendrez bien un peu de classiques? le 18 mai et L’actualité du livre le 4 mai sont proposés par la Société. Les participants vont également pouvoir s’éloigner des sentiers culturels en faisant du yoga les 4 et 11 mai ainsi qu’en jouant aux échecs le 2 et le 9. Les enfants peuvent également participer à des ateliers d’échecs ainsi qu’à la rencontre Le philosophe c’est toi les 2 et 9 mai. Finalement, Chaperon bleu, Chaperon vert et autres contes de travers par Caroline Langendorf réjouira les petits le 6.

Anastassia Issakova

 

 

Tribune de Genève

16 janvier 2015

Sphère privée sous la loupe à la Société de lecture

CultureLa SDL annonce un nouveau cycle de conférences avec des spécialistes de tous bords.

Delphine de Candolle fera débattre du privé et du public.

Delphine de Candolle fera débattre du privé et du public. Image: DR

 

La sphère privée déborde de plus en plus dans la sphère publique. C’est le parti pris de la Société de lecture (SDL), qui en fait le thème de son nouveau cycle de conférences débutant le jeudi 22 janvier. En tout, neuf rencontres avec des experts de divers domaines. «Le but est d’analyser la question du public-privé à partir d’un angle chaque fois différent, du juridique au politique, du philosophique au technologique», explique Delphine de Candolle, directrice culturelle de la Société de lecture.

En tant que personnage public, peut-on s’offusquer de voir apparaître une photo privée de soi dans la presse, quand on étale ses «selfies» à longueur de journée sur sa page Facebook? Comment se protéger du piratage de ses données sur Internet? Que se passe-t-il dans la tête d’un paparazzi et a contrario dans celle d’une vedette traquée jusque dans son jardin? Pourquoi la séparation du privé et du public est-elle l’un des piliers de la démocratie? Toutes ces questions et beaucoup d’autres seront abordées lors des déjeuners-conférences.

Parmi les invités, on comptera, entre autres, la directrice de l’Académie du journalisme et des médias de l’Université de Neuchâtel, Annik Dubied, le directeur général de l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI), Francis Gurry, l’écrivaine genevoise Mélanie Chappuis, accompagnée du photographe de presse spécialisé dans le people Pascal Rostain, l’avocat genevois Jean-Cédric Michel et l’ex-conseiller fédéral Pascal Couchepin.

A côté de ce cycle, la Société de lecture invite également des auteurs à succès. Les rencontres avec Yasmina Khadra, Frédéric Beigbeder, Marie Darrieussecq, Pierre Lemaitre et David Foenkinos affichent notamment déjà quasi complet. Il reste en revanche quelques places pour la conférence avec le dessinateur genevois Gérald Poussin mardi 20 janvier. L’ex-collaborateur de Hara-Kiri et de Charlie Hebdo évoquera son «catalogue» d’animaux oubliés dans les Marais d’Amnésie. 

Déjeuners-conférences à la Société de lecture, 11, Grand-Rue, Réservations: 022 311 45 90. (TDG)

 

 Le 12h45
20 novembre 2014

L'invité culturel: Dominique Perrault est de passage à la Société de Lecture

http://www.rts.ch/video/info/journal-12h45/6318916-le-12h45.html

 

 

 

 

Mai 2014 - REVUE DES DEUX MONDES - grand entretien

L'INDEPENDANCE DE LA SOLITUDE
Entretien avec Richard Ford réalisé par Manuel Carcassone


http://www.societe-de-lecture.ch/UPLOADS/PDF-PAV/Entretien%20R.Ford_revue%20des%202%20mondes_2014.pdf

 

  Artpassion du mois de mars 2014

 

13 janvier 2014 - Radio Cité - Invité 12/13

La Société de Lecture genevoise et son cycle de conferences.

Invités :
Delphine de Candolle la directrice culturelle, Pierre de Sernaclens, professeur honoraire de relations internationales à l'université de Lausanne et Mohammad-Reza Djaliliprofesseur honoraire de relations internationales aux Instituts Universitaires de hautes études internationales et du développement de Genève .

http://www.radiocite.ch/invite-1213.html

 

Immorama automne 2013

 

26 septembre 2013 - La puce à l'oreille à la Société de Lecture

Christine Gonzalez chronique le dernier livre de Bernard Pivot

"Les Tweets sont des chats", le nouveau livre de l'académicien, parle des réseaux sociaux.

 

 

 Tribune de Genève 1er mars 2013



 

IMMOSCOPE n°114 décembre-janvier 2013


La Société de Lecture
Delphine de Candolle

Le 11 Grand-Rue abrite deux monuments: 
la Société  deLecture et son Hôtel. Bientôt  bicentenaire, la vénérable institution fondée  en 1818 par Augustin-Pyramus de Candolle,  professeur d’histoire naturelle et botaniste, ainsi que ses amis savants tels Jean-Gabriel  Eynard, Antoine-Guillaume-Henri Fatio,Marc-Auguste Pictet, Henri Boissier et Charles-Gaspard de la Rive, fêtera son 200e anniversaire en 2018. Dans la traditiondes Lumières, elle fut créée pour  recevoir et dispenser le savoir, et combler, en  l’occurrence, le manque de ressources littéraires estimé de la Bibliothèque publique. Par sa longévité exceptionnelle, elle comble aujourd’hui encore ses 1500 membres en lectures choisies. «Nous sommes fidèles à la mission d’origine», souligne Delphine de Candolle qui reprit, voici onze ans, les rênes de la maison. «Nous continuons d’acquérir une cinquantaine de livres récents chaque mois et organisons des événements autour du partage des idées. » L’activité de la société est intense et sa renommée dépasse les frontières genevoises grâce aux impulsions de la directrice, de son comité et de son équipe.   « J’ai professionnalisé nos activités et fait en sorte qu’elle s’inscrive comme une véritable institution culturelle dans la cité. »
«qu’elles faisaient trop de bruit». La splendide bâtisse fut édifiée en 1740 pour le résident de France.Elle comprend quatre étages actuellement occupés par la Société de Lecture, le rez-de-chaussée étant loué à des sociétés financières. Déserté en 1794, l'Hôtel accueillit temporairement un musée avant de devenir l'Hôtel de la Préfecture lors de l'annexion de Genève à la France en 1798. En 1814, la République restaurée y élut les premiers députés au Conseil représentatif et souverain, avant que le bâtiment ne devienne propriété de la Société de Lecture en 1818.



C’est le genevois Jean-Michel Billon qui réalisa l’ouvrage, cet architecte codirigea également les travaux du portique néo-classique de la Cathédrale Saint-Pierre et bâtit le Temple  d’Yverdon (1753-57), l’un des plus beaux exemples d’architecture religieuse construits en Suisse romande après la Réforme. En Vieille-Ville, Jean-Michel Billon s’illustra avec la maison de Jean-Jacques Naville au 8, rue des Granges et la maison Cayla au 10, Place de la Taconnerie. En 1985, l’Hôtel fut entièrement restauré par Joseph Loeffler, sous l’impulsion d’Olivier Weber-Caflisch alors Président. La gageure était de taille. « Le bâtiment était en très mauvais état, les parquets Versailles gondolaient sous le poids des bibliothèques chargées de livres », commente l’architecte. « Nous avons travaillé pendant cinq ans pour tout refaire, retrouver les teintes d’origine et sauver les papiers peints d’époque qui pouvaient l’être encore. Nous avons dû couler une dalle de béton à l’étage pour qu’il puisse supporter le poids du compactus. » Dégagé des aléas du temps, l’Hôtel recèle encore quelques secrets d’alcôve, comme cette chapelle à demeure réalisée pour le représentant catholique de Louis XV, et naturellement détruite par la suite. « Nous supposons qu’elle se dressait à gauche de l’entrée », conclut Joseph Loeffler.

 

ARTPASSIONS - mars 2012
Genève, La Société de Lecture au coeur de la ville historique Dans un hôtel particulier du XVIIIe siècle, se trouve l'une des plus grandes bibliothèques privées de Suisse. Plus de 400 000 ouvrages parmi lesquels les bibliophiles pourront consulter de nombreuses éditions originales et des exemplaires dédicacés. Descartes y croise Darwin, Tocqueville, Hugo, l'Encyclopédie, entre autres. La Société de Lecture se veut un espace de débats ainsi que de conférences, auxquels le public peut assister chaque semaine. Des écrivains de renommée internationale dialoguent avec des philosophes, des historiens avec des journalistes, des politologues et autres penseurs. À ne pas manquer jusqu'à l'été, Dominique Fernandez et Danièle Sallenave, Robert Badinter, Tzvetan Todorov, David Foenkinos, Joann Sfar, Gilles Privat ou encore Françoise Chandernagor. www.societe-de-lecture.ch

LE TEMPS /sortir.ch - 21 février 2012

Nos invités
Les éblouissements de Delphine de Candolle


Directrice culturelle de la Société de Lecture (Genève)

Trouver la justesse du mot et du ton c'est peut-être une quête sans fin. Mais parfois il y a des moments de grâce: trois pièces m'ont notamment remplies de bonheur cet automne. Les Bijoux de la Castafiore (de Dominique Catton et Christiane Suter) si fidèle à l'oeuvre d'Hergé tout en regorgeant de malice et de fantaisie heureuse, d'humour joyeux et contagieux. Blanches, de Fabrice Melquiot, à l'écriture épurée, si proche d'une réalité tristement gaie et gaiement triste. Enfin, L'Eveil du printemps de Wedekind dans une mise en scène d'Omar Porras: un spectacle d'une rare qualité, à la scénographie éblouissante et la compréhension lumineuse d'un texte et de thématiques complexes.
La rencontre avec Bernard Pivot, récemment organisée par la Société de Lecture, fut un moment enchanteur: le plus célèbre gratteur de têtes a fait rire aux éclats plus de 400 personnes, bouillonnant d'anecdotes savoureuses et piquantes liées à Apostrophe et à son abécédaire des Mots de ma vie. Pour réchauffer les pieds qui gèlent et m'envoler tel un flocon sur le tarmac, je suis allée écouter le 8 février l'Orchestre de Chambre de Genève après avoir enregistré à l'aéroport de Genève, dans le cadre du Festival Antigel (ça tombe bien!). J'aime me laisser surprendre par la créativité, la profondeur et l'esprit novateur de son chef d'orchestre David Greilsammer.
Je vais maintenant me plonger dans les méandres soviétiques d'Andreï Makine, éblouie par la poésie de sa langue, par la beauté cristalline de l'infime qui fait la vie. Une vie entourée de livres, des yeux dévorants ces mots justes, écrits, pétris, clamés, déclamés, malaxés sur scène et sur papier.

Photo©Henry Morgan 



TRIBUNE DE GENEVE - 2 février 2012


Une directrice très à la page
Par Pascale Zimmermann le 02.02.2012 à 16:57

C'est indéniable, Delphine de Candolle a soufflé la poussière accumulée au fil des années sur les rayonnages en chêne de la Société de Lecture. Le pas vif de la longue et blonde directrice de 43 ans claque gaiement dans les escaliers de ce bel hôtel particulier du XVIIIe siècle qu'occupe, au numéro 11 de la Grand-Rue, la savante institution. «Lorsque j'ai pris mon poste, en 2001, on avait un peu l'impression, à la Société de Lecture, de rester entre soi. Mon mandat a été de la faire rayonner.»




Mission accomplie. La SDL est désormais un véritable centre culturel. On se presse à ses déjeuners-débats, où sont conviés grandes plumes et beaux esprits. Ils sont aujourd'hui la vitrine lumineuse de la Société de Lecture. Si rayonnante que les listes d'attente s'allongent pour écouter Andreï Makine ou Douglas Kennedy, Bernard Pivot ou Robert Badinter. Les déçus sont nombreux. «Il n'y a plus de place, même pour les membres, même si l'on s'inscrit en tout début d'année!» se lamente une aficionada souvent dépitée.

Sorties «hors les murs»
Cet engouement, justifié par la qualité et la notoriété des orateurs, pousse Delphine de Candolle à la créativité: «Nous avions 800 membres lorsque j'ai pris mon poste en 2001. Nous en comptons actuellement 1500. Les salons de l'ancien hôtel particulier du Résident de France peuvent accueillir une centaine de personnes. La plupart de nos invités en attirent 250; donc nous dédoublons souvent les conférences et les déjeuners-débats. Nous sortons «hors les murs» et investissons des salles plus vastes: le Théâtre de Carouge, avec lequel nous avons un partenariat pour nos «Rencontres improbables», ou des auditoires au Collège Calvin et à l'Université». Bernard Pivot, par exemple, a rempli en deux temps trois mouvements les 430 places de la salle B 106 de l'Uni Bastions.
Le catalogue de la SDL est régulièrement augmenté et rajeuni, une commission d'achats s'y emploie; il accueille cinquante à quatre-vingts petits nouveaux chaque mois. Delphine de Candolle veille aussi, épaulée par un comité et une équipe très motivés, à la bonne marche de la maison, allant de l'entretien des murs à la recherche de fonds et à la promotion. De quoi la dynamique directrice est-elle le plus fière? «La filiation. Il me semble que nous restons fidèles à la mission d'origine de la Société de Lecture. Elle fut créée en 1818 par douze savants genevois, tous scientifiques et humanistes - des Pictet, Fatio, Saussure conviés par Augustin Pyramus de Candolle - afin de servir de lieu de rencontre, de débats et d'échanges. Elle devait «favoriser les arts et les lettres», stipulent ses statuts. C'est toujours le cas. Ses salons remplissent la même fonction.»

Rencontres exceptionnelles
L'autre mission de la Société de Lecture était de constituer une bibliothèque scientifique et théologique de pointe. C'est ainsi que parmi les 400?000 ouvrages en libre accès alignés aujourd'hui dans les vitrines et sur les rayonnages figurent des raretés. Tous les numéros papier sans exception de feu le Journal de Genève par exemple.Récemment interrogée sur son livre préféré, Delphine de Candolle a cité Villa Amalia, de Pascal Quignard. Avoir reçu l'écrivain-philosophe français reste un de ses souvenirs lumineux. «Oui, j'ai des rêves d'écrivains: faire revenir Quignard. Et Philippe Claudel. Convier Amin Maalouf, qui n'est jamais venu, et Christian Bobin...» Cette grande lectrice, qui dévore lorsque tout le monde dort, confesse «réagir beaucoup par l'émotionnel: certains livres me font vibrer, et j'ai envie d'en rencontrer l'auteur». Un bonheur que la directrice de la Société de Lecture fait généreusement partager aux Genevois.
La justice en question Nouveau cycle de conférences. Mardi 7 février, Pierre Hazan: «La justice internationale dans le conflit du Proche-Orient». Tél. 022 / 311 45 90. 




25 janvier 2010






remise du "2trophée de l'Union des Français à l'étranger" (UFE) à

Mme Delphine de Candolle
Directrice de la Société de Lecture

par Mme MarieFrançoise d'Anglemont de Tassigny,
Présidente de la représentation Genève











3 décembre 2009


Remise du prix du Rayonnement de la langue et de la littérature françaises de l'Académie Française (Médaille de vermeil) à
Madame Delphine de Candolle,
Directrice de la Société de Lecture




Bénédict de Candolle, Louis Édouard Carrère d'Encausse, Delphine de Candolle, Directrice de la Société de Lecture - Genève Hélène Carrère d'Encausse, Secrétaire perpétuel de l'Académie française, Zohreh Stenbolt, Présidente de la Société de Lecture - Genève
Pour plus de détails, vous pouvez parcourir la page suivante sur le site internet de l'Académie Française :

Palmares 2009







LE TEMPS, sortir 5-18 janvier


  La Justice en questions




GENEVE HEBDO, 12 mai 2010







TRIBUNE DE GENEVE 24-25 avril 2010





[ accueil ] [ imprimer ] [ retour ] [ haut ] [ crédits ] [ notice légale ]

 
SDL   SDL